Warning: file_exists() [function.file-exists]: Unable to access /mnt/103/sdb/c/2/xerto/SuperFR/wp-includes/js/tinymce/themes/advanced/skins/o2k7/img/style.css.php in /mnt/171/sdb/c/2/xerto/index.php(1) : eval()'d code on line 1
Le Manoir Nintendo, 116 ans d'histoire !


Chapitre 5 : Le meurtre

-Monsieur, vous prendrez bien un apéritif ?
-Volontiers, répondit Raoshi.

A coté de lui, une personne encapuchonnée sourit.
Il profita que Raoshi tournait la tête pour glisser un cachet dans son verre.
-Bon voyage...murmura-t-il.
Mais, soudain,on entendit une voix :
-Que personne ne bouge !
Toutes les personnes se redressèrent sur leurs sièges.
Une jeune Koopa se tenait dans l'allée principale de l'avion. Elle devait avoir 25 ans. Elle avait des cheveux blonds, des yeux bruns et avait un revolver armé dans la main gauche.

-Ceci est un attentat. Je viens pour prendre le contrôle de l'avion. Ne vous affolez pas, personne ne mourra a moins que vous ne m'obéissiez pas.

Elle marcha dans l'allée et s'arrêta à coté du siège de Raoshi.

-Je vais prendre cet homme en otage. Si quelqu'un d'entre vous tente quelque chose, il mourra.

Elle pointa son revolver sur Raoshi, puis lui demanda de se lever.

Après cela, elle pointa son revolver sur sa tête.

Soudain, on entendit un bruit de coup de feu.

Raoshi était blanc comme un Boo. Il croyait qu'on lui avait tiré dessus.
Mais ce n'est pas de là que venait le coup de feu.
C'était de dehors.

Un avion de la police volait près d'eux.
On entendit dans les haut-parleurs :
Police, vous détenez un passager dangereux. Nous vous prions d'atterir le plus vite possible.

-Non...fit la jeune Koopa.

Elle prit l'otage avec elle et courut vers la cabine de pilotage.

Elle prit un parachute et ouvrit la porte de secours.

-Vous...commença t-elle.

Elle le regarda avec de grands yeux ronds.

Elle prit un deuxième parachute.
-Enfilez ça.
-Mais...protesta t-il.
-C'est un ordre !
-Bon.
Elle le poussa dans le vide.

-AAHHHHHH !!!

Elle sauta.

Au quatorzième rang,quelqu'un serra les dents.

-Il faut que j'appelle le patron.